Communiqué de soutien du CLA aux grévistes de la faim de l’ETUSA

Conseil des lycées d’Algérie

CLA

مجلس ثانويات الجزائر

Communiqué de soutien du CLA aux grévistes de la faim de l’ETUSA

 

Pour protester contre la répétition des violations des droits syndicaux et humains, 32 employés de l'Entreprise de transport urbain et sur-urbain d'Alger ( Etusa ) ont entamé hier une grève de la faim illimitée. Les grévistes, après avoir frappé à toutes les portes, ont décidé de mener cette action pour réclamer  l'application  immédiate de la convention collective signée le 16 octobre 2012 entre le partenaire social et la direction générale de l'entreprise. Le mouvement de protestation a été entamé dimanche 26 octobre 2014, devant le siège de la direction générale de l'entreprise, sis à Belouizdad, (Alger). Les employés avaient tenu un sit-in dans le but d'ouvrir le dialogue avec les responsables de la direction de l'Etusa, mais ces derniers n'ont  pas voulu les recevoir et vu que le DG de l'Etusa ne reconnaît pas le syndicat de l'entreprise ainsi que le comité de participation et refuse d'ouvrir les portes du dialogue avec le partenaire social. De ce fait, 32 syndicalistes  ont entamé une grève de la faim illimitée pour faire entendre leur voix.  Le syndicat réclame l'application immédiate et sans conditions de la convention collective et son article 101 signée le 16 octobre 2012 par l'union de wilaya UGTA et la direction de l'entreprise.

Cette signature est intervenue, rappelons-le, suite à une longue grève qui a paralysé l'activité de l'entreprise. Les grévistes demandent à la direction générale de l'entreprise d'honorer ses engagements et de cesser ses campagnes d'intimidation à l'égard des travailleurs et des syndicalistes. Les grévistes demandent aussi à la  direction de l'entreprise de cesser de pratiquer sa politique discriminatoire. Car tous les travailleurs et les syndicalistes qui n'obéissent pas aux ordres sont systématiquement stigmatisés et  rien ne peut justifier les deux ans de retard pris par la direction générale de l'entreprise pour appliquer le protocole d'accord signé le 16 octobre 2012. Ce refus signifie la transgression des lois de la République et le piétinement des droits des travailleurs. Cette convention prévoit des augmentations de salaire et l'actualisation des primes.

Pour rappel, en 2012 et 2013, les travailleurs de l'Etusa ont mené des grèves qui avaient sérieusement pénalisé les usagers du transport public dans la capitale.

Devant cet état de fait le CLA (Conseil des lycées d’Algérie) dénonce la violence du système capitaliste et de ses rapports économiques qui poussent des salariés à mettre leur santé en danger pour défendre leur travail.

Le CLA demande à l’entreprise de respecter les conventions signées et demande au gouvernement de défendre les droits des travailleurs vis-à-vis des sociétés privées qui ne respectent pas les droits syndicaux des travailleurs et ne reconnaissent pas les syndicats surtout dans le domaine économique.

Encore une fois le CLA voit que les libertés d’expression et les libertés de s’organiser en tant que syndicats sont réprimandées en 2014 en Algérie et surtout dans le secteur économique.

Hakem Bachir

 

Porte-parole du CLA